Le blog

Énergie et solutions pour le bâtiment

Indicateurs, articles et vidéos pour les professionnels

Actualité

Un diagnostic de performance énergétique (DPE), pour quoi faire ?

Le diagnostic de performance énergétique ou DPE est un diagnostic immobilier se matérialisant par un document de synthèse codifié.
Tags
performance énergétique, innovation, rénovation
Partagez cette page
 
Nombre de vues : 131
Un diagnostic de performance énergétique (DPE), pour quoi faire ?

Intégré au package de documents de dossiers de diagnostics techniques (DDT) français, il doit être présenté lors de la vente d’une habitation ou d’autres bâtiments tertiaires tels que garages, hôtels ou encore bureaux. Mais aussi dans le cadre de mise en location d’un logement (sauf si son occupation est inférieure à 4 mois par an) 

L’objectif ? permettre aux futurs propriétaires ou locataires des lieux d’être pleinement informés concernant sa consommation d’énergie, son chauffage, son refroidissement ou encore sa production d’eau chaude sanitaire (ECS). Plus simplement, il évalue donc le volume d’énergie consommée ainsi que l’émission des gaz à effet de serre de celui-ci.

Comment est réalisé le diagnostic de performance énergétique ?

Il faut faire appel à un diagnostiqueur professionnel qui va réaliser le travail via un logiciel réglementé : certains critères, dont une certification, sont essentiels afin d’avoir un rendu de qualité et fiable, aussi vous pouvez vous renseigner et trouver un professionnel via l’annuaire des diagnostiqueurs certifiés.

2 étiquettes sont utilisées par le diagnostiqueur pour mesurer la performance énergétique d’un logement :

  • Une étiquette énergie qui va, sur une échelle de A (faible consommation inférieure à 51KWh/m2) à G (consommation supérieure à 450 KWh/m2), renseigner sur la consommation énergétique annuelle de celui-ci
  • Une étiquette climat qui va indiquer sur la même typologie d’échelle quel est l’impact énergétique du logement (émission de gaz à effet de serre ou GES) : A indique une émission faible avec moins de 6kg d’équivalent carbone par m2, là ou G implique une émission de plus de 80kg.

Etiquette Energie : diagnostic de performance énergétique (DPE)

Aussi, le document doit préciser les différents éléments constitutifs du bâtiment et ses équipements (ventilation, eau, chauffage), ainsi que  :

  • La consommation annuelle d’énergie et dépenses associées pour chaque catégorie d’équipements
  • L’estimation des émissions de gaz à effet de serre qui en résulte
  • L’estimation de la part en énergie d’origine renouvelable utilisée

A noter que le dégradé en émissions de gaz à effet de serre peut différer en fonction des énergies utilisées.

Comment exploiter le diagnostic de performance énergétique ?

Après classification du bâtiment ou partie de celui-ci selon l’échelle des 2 étiquettes évoquées plus haut, des recommandations doivent figurer sur le document. Elles ont pour but d’accompagner le consommateur pour une meilleure maîtrise de sa consommation énergétique.

Si sa principale vocation est de pouvoir anticiper sa contribution à la facture énergétique, il va donc aussi permettre d’envisager plus concrètement quels travaux de rénovation énergétique sont possibles, à quel(s) prix, et pour quel rendement énergétique potentiel. Comment baisser la facture énergétique, mais aussi entrevoir des économies dans le même temps, sont donc au coeur de la démarche.

Combien ça coûte concrètement ?

Valable 10 ans et obligatoire (sous peine de s’exposer à des sanctions pénales), la réalisation du diagnostic de performance énergétique requiert de 1 heure et 4 heures sur place : en effet, la superficie du bien fait varier le temps d’étude mais aussi le prix final de celui-ci. Du reste, il n’y a pas de tarif réglementé par les diagnostiqueurs qui fixent librement leurs conditions, en fonction de la surface et la localisation d’un logement.

Il est  néanmoins possible de consulter des tarifs moyens à titre indicatif pour anticiper la mise en route de cette démarche. A noter à date que 83 % des logements anciens (66% du parc français) consomment trop d’énergie et que les habitations construites avant 1970 consomment presque 3 fois plus que les logements neufs (Source : SeLoger)